Art chapelle








Recherche





English versionVersion française







Kassia Knap

Etait présenté en 2010 à la chapelle de Locmaria, Séglien

Née à Cracovie (Pologne) en 1961.  Vit et travaille à Paris

« Le paysage est depuis toujours mon unique et récurrent sujet d’inspiration. Toute mon énergie créatrice se concentre à retrouver toute la gamme de sentiments et d’émotions éprouvées au contact direct avec le monde extérieur. Je ressens la nécessité de préserver et de prolonger l’évanescence des moments passés dans la nature en leur donnant une forme visuelle » (K. Knap). Les peintures de Kassia Knap, bien que génériquement intitulées « Paysage », reflètent plutôt des perceptions vécues par l’artiste et fonctionnent alors, comme elle le dit elle-même, telles des « cartes de sites psychologiques ». Voulant « rétablir une relation de symbiose avec la nature », l’artiste engage dans son processus créatif une lutte avec les matériaux, tentant de « leur enlever leur individualité au profit d’une homogénéité en matière ». Elle plie et froisse la toile d’abord vierge, puis fixe ces plis avec de la colle, de la résine, de l’enduit ou du vernis. Diverses matières organiques recouvrent ensuite ces toiles (des cendres, de l’humus, du sable, des plumes, de la paille…). Du goudron suinte parfois de ses créations, tandis que d’épaisses couches de peinture viennent compléter l’ensemble, mettant un point final à ce travail « long et épuisant ». « Toutes les conditions sont requises, dans ces tableaux, pour que soit énoncée dans une vision métaphysique, une des questions majeures de l’histoire de l’art : comment opère la mutation entre les trois instances du corps : la chair, le sédiment et le fluide ».

Alain Tapié

Entretien radiophonique avec Kassia Knap

En partenariat avec Radio Bro Gwened